Fictions

Interview exclusivement exclusive d'Emmanuel Macron

Les interviewd exclusivement exclusives de... Emmanuel Macron

 

- Monsieur le Président, vous avez déclaré que la France était prête à accueillir des migrants de l'Aquarius, mais à certaines conditions. Pouvez-vous nous expliquez lesquelles ?

- La France, patrie des droits de l'homme blanc et riche, se doit de montrer l'exemple. Est bienvenue toute personne pouvant nous ramener une médaille olympique, un prix Nobel – de préférence d'économie, les littéraires étant souvent des chieurs, excusez-moi du terme, nous sommes entre nous, et ne parlons même pas de la paix... Nous acceptons aussi les futurs champions du monde de foot, ou encore ceux qui pourront sauver la vie d'un enfant ou d'un chien – au fait, vous avez vu Nemo ? Mignon, hein ? Vous voyez, nos critères sont larges et généreux.

- Mais comment allez-vous sélectioner les futurs méritants ?

- Eh bien, nous sommes en train de mettre sur pied des épreuves d'intégration. Je peux déjà vous révéler que la première consistera à escalader un immeuble de quatre étages à mains nues. Mais celles et ceux qui ne sont pas des grimpeurs auront leur chance, en sauvant un enfant de la noyade, ou encore en se jetant dans le feu, en désarmant un terroriste...

- Mais parmi les migrants, il y a des personnes âgées, des enfants... N'est-ce pas les défavoriser que de les soumettre à des exigences physiques?

- Pour les personnes âgées, on leur passera un reportage sur l'état de nos Ehpad (établissements d'hébergement pour personnes âgées dépendantes), vous verrez qu'elles préféreront encore remonter sur le bateau. Quant aux enfants, ils peuvent trouver leur place dans l'épreuve, en servant d'appât, à condition de pouvoir tenir le coup en attendant qu'un autre migrant vienne les sauver.

- Et les femmes ? Et les femmes enceintes ?

- Quoi, les femmes ? Vous vous rendez compte que vous faites là une remarque sexiste ? Moi, je suis pour l'égalité, et la grossesse ne peut en aucun représenter un motif de discrimination. Demandez à Marlène. Par ailleurs, il y aura aussi des épreuves intellectuelles : tenez, je vous livre un scoop, le premier item d'un questionnaire à choix multiple qui indiquera immédiatement les capacités d'intégration de chacun.

Le pognon dingue dépensé en vain l'a été pour :

a) l'aide sociale pour ces feignants de pauvres

b) le sauvetage des banques

c) la vaisselle à l'Elysée

d) les frais de coiffeur du Président

Vous voyez, quoi qu'en disent les mauvaises langues, la France reste bine digne de sa devise : Liberté, Egalité et délit de Solidarité !

 

Viva for Kill

« Vous êtes formidables ! »

Amaigri, pas rasé, Peter fut le premier journaliste à sortir de la caserne aux murs décrépits, se protégeant les yeux des flashes des appareils photos. Les deux autres suivaient, guère en meilleur état, mais se forçant à sourire et la main levée, doigts écartés en forme de V : « Vous êtes formidables ! »

Il est vrai que l'opération, montée en catastrophe après l'incroyable annonce ministérielle, avait connu un succès inattendu. Des gens au patriotisme jusque là chancelant, des vieux dans leur home, à l'Alzheimer soudain traversé de souvenirs d'une gloire passée, ou des enfants sensibilisés à coups de campagnes animées par des soldats de plomb... tous s'étaient précipités pour apporter leur obole à la caserne, devant laquelle avait été installée une urne géante et transparente, pour que les pièces, les billets et même quelques chèques d'une ancienne génération, ou venant de l'étranger, puissent être filmés en direct. Tous, oui, l'écriture inclusive ne pouvant lutter contre cette vérité : les donateurs de tous âges étaient en majorité écrasante de sexe masculin, malgré l'indéniable féminisation de l'armée au cours des dernières années – on avait même pu exhiber une générale pour tenter d'attiser la générosité publique, mais en vain ! Les femmes continuaient à soutenir Amnesty, Médecins du Monde, Gaïa ou encore d'obscures associations féministes, plutôt que de contribuer à la défense des valeurs sacrées du Royaume.

Il faut dire que l'annonce avait fait l'effet d'une bombe – quoique l'image soit plutôt malheureuse, en l'occurrence : le gouvernement avait décidé, à quelques jours de Noël, de reconvertir le budget de l'armée en l'injectant dans la lutte contre la pauvreté, un puits sans fond, on en conviendra. L'achat indispensable de nouveaux avions de combat était abandonné, au profit de la construction de crèches, d'écoles, de lieux d'accueil pour réfugiés ayant échappé aux crocodiles et requins de toutes sortes – y compris humains – de refinancement de la culture, de la justice, de la sécurité sociale, et autres babioles dérisoires, si on les compare au magnifiques épopées de nos armées à tous les coins du monde.

Allait-on en être réduits à bombarder des populations civiles avec des coucous défraîchis... ? Habiller nos paras d'uniformes auxquels manquaient plusieurs boutons ? Sécuriser nos rues par des soldats au képi déchiré, au risque de faire exploser de rire les candidats-terroristes ? Envoyer une mission commerciale et royale récupérer les armes vendues en Arabie Saoudite (mais déjà, hélas, bien abîmées au Yémen) ? Allions-nous devenir la risée du monde civilisé, les derniers au classement Pisa en matière de protection de la Nation et des valeurs occidentales ?

Non ! Car une valeureuse radio de service public, n'écoutant que son devoir et son contrat de gestion, avait eu l'idée de racheter, à prix d'or, un concept tout à fait révolutionnaire – encore un terme malheureux, puisqu'il s'agissait surtout de maintenir les choses en place. Trois journalistes s'enfermeraient durant une semaine dans une caserne désaffectée pour cause d'économies, et vivraient, sous les caméras les filmant 24 heures sur 24, tantôt dans les conditions d'un désert afghan, tantôt dans une reconstitution des glaces de l'Antarctique (à ne pas confondre avec l'Entarteur, malgré la ressemblance entre la glace et la crème fraîche), car il n'était pas exclu d'envoyer bientôt nos valeureux militaires sauver les derniers ours blancs. Ces sacrifices ne seraient pas vains puisque le public - celui au service duquel les trois journalistes croyaient donc être – était invité à ouvrir so portefeuille, pour compenser la regrettable défaillance de l'Etat.

Et ça marchait, au-delà des espérances !

Aussi, en sortant de leur caserne, la barbe aussi broussailleuse qu'une jungle lointaine, les yeux aussi cernés qu'une brigade attendant vainement des renforts, les journalistes eurent de bonnes raisons de s'écrier : « Vous êtes formidables ! », sous l'oeil ému de lzeurs confrères et du ministre de la Défense, qui avait tout de même réussi à arracher à ses collègues un chèque de 5000 euros, somme qui serait bien utile pour l'achat de PQ lors de futures missions à l'autre bout du monde.

Oui, vous êtes formidables !


Toute ressemblance avec une opération ayant existé n'est que pure coïncidence tout à fait volontaire

Mis à jour (Samedi, 23 Décembre 2017 12:29)

 

Bavarde comme une carpe

Ecoutez les gars : ce n'est pas parce que ma voix ne porte pas que je ne crie pas à l'intérieur. Cessez de me regarder avec cet air bovin, ou plutôt ovin. Moi aussi, je souffre. Moi aussi, j'ai mal. Moi aussi, j'ai le coeur qui saigne, même si mon sang est froid. Au moment où on me coupe en deux, tschak ! Qu'est-ce que vous croyez ? Que je rigole ?

Personne ne semble se préoccuper de nous, peuples des eaux, des lacs et des océans, des étangs et des rivières. On peut traiter les chasseurs de monstres, les bouchers d'affreux sadiques, mais les pêcheurs, oh les pêcheurs ! Des doux, des gentils, des contemplatifs, qui ne feraient pas de mal à une mouche, en dehors de celles dont ils se servent pour nous appâter. Quant à nous, nous passerions de vie à trépas sans le moindre hoquet. Qui réclame de nous étourdir avant le coup de couteau fatal... ?

Nos souffrances commencent pourtant bien avant les vôtres : imaginez que, dans l'herbe que vous broutez avec insouciance, quelqu'un ait glissé des lames de rasoir. Eh bien, l'hameçon, c'est ça. Ou encore que, tandis que vous gambadez dans la prairie, toujours avec cette même insouciance qui vous caractérise, soudain un filet s'abat sur vous : vous avez beau vous débattre, ça ne sert à rien, sinon à vous briser les pattes et finalement, vous serrer un peu plus, jusqu'à vous empêcher de respirer. Voilà, vous avez une idée de notre capture. Et en plus, sur le bateau, paraît que certains d'entre nous ont le mal de mer. C'est ça, c'est ça, vous pouvez ricaner.

Je n'hésite pas à le dire, nous qui vivons dans l'eau, nous formons une minorité opprimée. Paraît que nous manger, c'est bon pour la santé. Avec tous les métaux qu'on se tape, les sorties d'égoût, les sacs plastique, j'ai des doutes. Tenez l'autre jour, j'ai failli me cogner à un sac Fnac, la facture était encore à l'intérieur ; celui ou celle qui s'en était débarrassé dans mon étang avait acheté « Voir son steak comme un animal mort. Véganisme et psychologie », de Martin Gibert. Après j'ai regardé sur Gloogloogle : aucune trace de « Voir sa darne comme un poisson mort ». Voilà, vous-mêmes vous vous fendez la poire. Elle est où, la solidarité animale ? Quant aux militants de Gaïa, si vous en rencontrez dans un aquarium, téléphonez-moi.

Et pire encore, ce qu'on appelle si poétiquement « fruits de mer », pour qu'en les assassinant, les décortiquant parfois à vif puis en les dévorant, les plus sensibles des humains pensent davantage à une banane qu'à un être vivant, et donc souffrant ! Nos droits-de-l'animalistes à géométrie variable savent détourner le regard devant un homard aux pinces entravées, et le couteau à huîtres reste en vente libre, malgré l'explosion du nombre de victimes, particulièrement en période de fête de fin d'année, où les stocks de commisération encore disponibles semblent s'épuiser sur le sort de la dinde.

Eh bien, j'en ai assez de ce monde cruel, trop cruel pour mes semblables, avec ou sans écailles. J'ai décidé de monter un syndicat, que j'appellerai « Carpe Diem ». Tous les vivants aquatiques sont les bienvenus, jusqu'à la moindre algue, mais je me réserve le poste de présidente, trésorière et porte-parole. Le décumul, c'est pour plus tard. Plus jamais on ne dira « muet comme une carpe », plus jamais on ne plaisantera de ma taille en me traitant de « carpette ».

Mon premier rendez-vous est déjà fixé, avec l'UPJB. Pourquoi l'UPJB ? Parce que plus que toute autre, cette organisation semble se préoccuper de la souffrance, d'où qu'elle vienne, sans ostracisme aucun. Ces femmes et ces hommes qui ne supportent pas le sort fait aux Palestiniens – pourtant moins malmenés que nous – devraient avoir une oreille pour nos revendications légitimes, d'autant qu'elles les concernent. Eh oui ! Lors du dernier Seder – qu'on pourrait grossièrement comparer à votre Fête du Mouton, en termes de cruauté - l'UPJB avait proposé de la carpe farcie.

Des humanistes ! Des écolos ! Des révolutionnaires ! Mais pour nous torturer, aucune hésitation ! Finalement, il leur a fallu renoncer, mais davantage pour des motifs économiques que par soudaine compassion.

Nos discussions seront peut-être serrées, car notre liste est longue d'exigences pour une meilleure gouvernance, écologique et sociale, des zones liquides. Si vous nous rejoignez, au lieu de rire bêtement, nous pourrons, ensemble, plutôt que de nous battre pour nos petits privilèges, construire le meilleur des mondes vegan.

Mais en attendant ce jour, notre première revendication, sur laquelle nous ne transigerons pas, est la popularisation d'un nouveau produit de Pessah: les « gefilte fishsticks ». Je vous vois venir : dans « fishstrick » il y a « fish », et on m'accusera d'une défense corporatiste des carpes, comme si je m'en foutais du cabillaud de l'Atlantique ou pire, avec ses relents ethnico-politiques, de la perche du Nil.

Absolument pas !

Car entre nous, nous pouvons oser la franchise : il y autant de traces de mes congénères dans les fishsticks que d'agneau dans les merguez de couscous en boîte : des restes de vieux et de malades qui suppliaient pour une dernière piqûre.

Et maintenant, silence, les négociations vont commencer !

(publié dans Points Critiques, septembre 2017)

 

Une journée de Laurette O.

Le 2 avril 1996,, la Communaté française votait le « décret Onkelinx » sur l'enseignement secondaire,tandis que les profs manifestaient dans les rues de Bruxelles étaient durement réprimés

 

Une journée de Laurette 0

 

Mardi 2 avril 1996, 5h : sonnerie du réveil, comme de petits cris de souris, faibles mais obstinés. De toute façon, je ne dormais pas. Aujourd'hui, c'est le grand jour, l'aboutissement de mois d'efforts. Ce soir, tout sera fini : j'empocherai l'argent – une belle somme, ma foi – et je rentrerai chez moi, retrouver ma maison, mes chats, mon compagnon qui me croit en train de jouer dans un théâtre à l'autre bout du monde...

 

6h : avant de m'engouffrer dans la voiture qui m'attend dehors, je rends une rapide visite à la prisonnière. J'entre dans la chambre, en me composant un sourire. Je n'ai pas peur qu'elle me voie sans masque : mon visage, elle ne le connaît que trop. Je serais curieuse d'entendre la description qu'elle donnera de moi, quand tout sera fini...

« Alors, comment va notre otage ce matin ? »  Assise sur son lit, elle me lance un regard furieux. J'adore ce regard. Je pense que je l'imite à la perfection. Je m'en sers encore et encore, au point que X. m'a mise en garde contre une surconsommation de colère. Répéter « ma porte est ouverte », avec ce regard-là, c'est un vrai plaisir !

Il faut le reconnaître, X. a bien fait les choses. Pas question d'un matelas par terre, dans une de ces caves infâmes où l'on retient en général les gens dans sa situation, privés de toutes les douceurs de l'existence. Pas de menaces, pas d'insultes, pas de phalange coupée ; on l'appelle « madame » et on l'autorise à chosir ses menus et ses lectures – sauf la presse, qui affecterait son moral. En dehors des volets perpétuellement clos, elle ne manque de rien ; elle a même droit à une promenade quotidienne. Pendant ce temps-là, moi je travaille. Elle aurait tort de se plaindre. D'ailleurs elle ne se plaint pas ; comme dit X., ce n'est pas le genre de la maison. Mais elle nous hait, cela se voit. Question d'image, paraît-il ; on briserait sa carrière, on commettrait des dégâts irréparables. J'ai du mal à le comprendre. Au début X. a essayé de m'expliquer les enjeux, l'importance de mon rôle, et un tas d'autres fariboles. Je l'ai interrompu brusquement : « Combien ? » ai-je demandé. C'est tout ce qui m'intéressait. Il m'a regardée avec une certaine satisfaction : « Voilà des mots que j'aime entendre », m'a-t-il dit. Après tout, l'argent est un mobile autrement plus puissant que la conviction. Il sait qu'il peut compter sur ma loyauté.

 

11h : nous sommes arrivés à destination après avoir évité les obstacles dressés pendant la nuit par quelques excités. Le débat ronronne. Après une brève introduction, la parole est à l'opposition. J'évite de m'ennuyer en pensant à autre chose. L'un des hommes de X., déguisé en huissier, vient me glisser à l'oreille qu'à l'extérieur, les bagarres ont éclaté. « Mais ne craignez rien, les flics sont partout ! » Je me contente de hocher la tête. Je n'ai pas peur de ces gens. Ils n'ont pas l'habitude de se battre pour de vrai. Ce n'est pas comme les métallos, ou les paysans. Ce sont des intellectuels, plutôt maigres lorsqu'ils sont jeunes, et épaissis vers la quarantaine par les repas médiocres à la cantine ; les plus déterminés sont émoussés par l'amertume. Peu de formation militaire. Ils ne croient ni à la force, ni à l'argent, autant dire à rien de ce qui compte vraiment ; ils croient aux mots. Eh bien, qu'ils continuent à y croire ; des mots, ils vont en avoir durant toute la journée, jusqu'à plus soif ; des hypocrites, des violents , des mielleux, tant qu'ils veulent. On verra s'ils y croiront encore.

 

12h30 : nous nous interrompons pour avaler en vitesse quelques sandwiches de basse qualité. Pas question de sortir, le bâtiment est en état de siège. Je mâche avec mauvaise humeur. Il n'y a guère plus de crabe dans mon sandwich au crabe que de social dans le plan social que je vais présenter cet après-midi. Tiens, la formule me plaît. Je la soufflerais bien à un adversaire, faute de pouvoir la placer moi-même. Heureusement, le café est bon.

 

A 13h, on jette un coup d'oeil sur les infos : ça chauffe vraiment, on montre longuement un gamin, le visage en sang. Allez après ça lui prêcher en classe la non violence et la citoyenneté ! Mes supposés amis se tournent vers moi, l'air inquiet. Je les rassure d'un battement de cils. Ce n'est pas un gosse qui saigne du nez qui va me faire flancher, au tarif où on me paie ! Quelqu'un s'approche de moi, et commence : « Vous comprenez, ce sont les extrémistes... » Oui, j'ai entendu dire qu'il y a beaucoup d'extrémistes dans la police.

 

16h : l'après-midi s'étire paresseusement. La plupart lisent leur journal, en attendant l'heure du vote. Je me laisse aller à la rêverie. La vraie Laurette, la veinarde, doit être en train de se promener. Le temps est froid mais ensoleillé. Ses deux gardiens la suivent de loin, ce sont deux profs au chômage, paraît-il, même pas rémunérés pour ce service : on leur a seulement promis un poste pour la rentrée prochaine.

... Je me rends compte qu'on me fait signe. C'est mon tour. Je monte à la tribune. Je me tiens bien droite, je survole l'assemblée du regard. Puis lentement, je me mets à parler. Les phrases habituelles, répétées mille fois. Economies inévitables, budget serré, nécessité de regarder les choses en face, réalisme, et bla bla bla... Puis, un peu de miel autour de la pilule amère, dialogue, négociations, solidarité avec les générations futures, et patati et patata... Remous dans la salle,mais je reste de glace. C'est facile, je ne suis pas concernée ; je ne suis qu'une mercenaire. J'ai beau penser que leur choix est idiot, qu'ils sacrifient une génération de jeunes – après tout ce n'est pas mon pays, ce n'est pas mon avenir. Je dis tranquillement les mots que Laurette n'a pas voulu prononcer.. Elle, c'est une pure ; elle croit à ce qu'elle dit, même sous l'effet de l'alcool ou d'une campagne électorale. C'est un truc de femme, ça ; voilà pourquoi il y en a si peu qui réussissent en politique. Et voilà pourquoi ses propres amis ont été forcés de la mettre au frigo et vider une de leurs tirelires luxembourgeoises pour m'engager.

 

21h : ça y est, c'est fait. C'est voté. Et vlan, trois mille profs en moins. Je ferme le dossier, je repousse gentiment les journalistes en les renvoyant au communiqué officiel. L'huissier s'pproche de moi, lair préoccupé : « Venez par ici. X. veut vous parler ». Je le suis, étonnée.

X. est assis dans une salle annexe, l'air nerveux, tirant sur une cigarette. Je n'ai même pas le temps de m'asseoir. « Il y a un problème... » me dit-il. J'essaie de deviner. Les bagarres ? Ça finira bien par se calmer. « Il s'agit bien de ça ! », se fâche-t-il. Non, c'est plus grave : Laurette a réussi à s'enfuir. Pendant la promenade. Se gardiens ont regardé ailleurs... Eux aussi ont sans doute vu les images à la télé, le visage ensanglanté du gamin. « On ne peut vraiment pas leur faire confiance ! », tonne X. Je souris. Je ne comprends pas encore ce que cela implique pour moi.

« Voilà qui change tous nos plans, poursuit-il. Désormais, vous êtes la vraie Laurette, la seule. Nous ferons passer l'autre pour une folle, qui vous ressemble vaguement et qui se prend pour vous.

- Pas question, lui dis-je sèchement. Vous vous débrouillerez sans moi. Mon contrat est terminé, je rentre chez moi. Elle aurait reparu de toute façon ! Vous ne l'auriez pas éliminée, quand même ? On est dans un pays civilisé !

- Vous avez entendu parler d'André C. ? » me susurre-t-il alors.

J'ignore qui est André C. Mais l'allusion, sur ce ton doucereux, n'en paraît que plus menaçante.

 

Il ne m'a autorisée qu'à me rendre aux toilettes, et accompagnée. Heureusement, il y a un vasistas. Je ne pourrais pas m'enfuir, mais je peux griffonner ces quelques mots et les lancer au vent. Si vous les trouvez, je vous en prie... prévenez les journaux, le monde, dites-leur la vérité, aussi incroyable soit-elle. Ou bien, si vous ne voulez pas être celui par qui le scandale arrive, prévenez au moins mon compagnon. Dites-lui ce qui s'est pasé, demandez-lui de venir à mon secours. Ou si c'est impossible, qu'au moins il n'oublie pas de nourrir les chats...

 

(Fiction parue dans la revue Politique, n°2, juin-juillet 1997)

 

Un brin de résistance

Chaque année, c'était pareil.

Alors qu'avril avançait à grands pas vers sa fin, qu'un soleil poussif faisait éclater les bourgeons en bébés feuilles d'un vert tendre, que jacinthes et jonquilles couvraient les paysages de bleu et de jaune, une petite plante d'aspect plutôt timide attirait sur elle tous les regards et la majorité des portefeuilles. Eh oui, le convallaria majalis, avec ses clochettes blanches et ses minuscules baies rouges, symbole de bonheur et de paresse révolutionnaire, bref, en un mot, le muguet, écrasait toutes les autres plantes, avec plus qu'un brin d'arrogance.

Mais voilà qu'en cette année 2017, le modeste végétal prenait une nouvelle signification : celle de la résistance à un gouvernement néo-libéral qui, non content de faire sauter l'index et de réduire le remboursement sur les sprays nasaux, était à la recherche de nouvelles économies en complotant dans les coins pour supprimer un jour de congé légal. Car qui dit congé dit bras croisés, flemmardise et perte incommensurable pour le PIB ! Et bien sûr, en pole-position dans le collimateur, il y avait le 1er mai, cette Fête du Travail désormais réduite à une simple journée improductive.

Or, il en allait de la prospérité de la nation ! Il fallait certes, pour faire passer la pilule, trouver un objectif d'apparence sociale – la France avait bien supprimé le congé de Pentecôte sous prétexte de financer la dépendance des vieux. Entre la famine en Afrique, Viva for Life, le rachat d'Eden Hazard par un club belge, ou encore la caisse de chômage des ex-députés (biffez les mentions inutiles), les bonnes actions à mettre en avant ne manquaient pas. Outre le bénéfice financier, on pouvait espérer mettre fin du même coup à la célébration de souvenirs désagréables de grèves, de manifestations, d'acquis-conquis auxquels s'accrochaient encore quelques prolétaires incapables de rentrer dans la modernité. L'idée venait de la N-VA, soutenue par le VLD, le CD&V n'était pas chaud mais soulagé d'échapper à la suppression d'une fête chrétienne et le MR, comme d'habitude, était prêt à s'aligner, malgré le déchirement que constituerait le renoncement au défilé annuel à Jodoigne.

Mais voilà, le projet avait fuité, se retrouvant dans les dernières révélations de Wikileaks qui avait publié cet échange entre Bart De Wever et Charles Michel : « Je calme Theo, tu me donnes le 1er mai. - Peeters ne voudra jamais. - Peeters, je m'en charge. Ce sera le 1er mai ou Noël. Tu vas voir comment il va devenir flexible ». (Pour la commodité de lecture, nous avons traduit l'échange qui s'est évidemment déroulé en flamand, et coupé quelques insultes qui dépareraient dans une revue sérieuse).

A l'époque des réseaux sociaux, comment imaginer que le secret des négociations puisse être gardé ? L'information se répandit comme une traînée de pollen au vent. Les formes de résistance s'étant elles aussi adaptées – à l'exemple des pétitions facebookées – il fallait trouver un symbole pour la défense du Premier Mai. Quoi de plus adéquat que les gentilles clochettes, toujours en vente libre malgré leurs vertus toxiques qui avaient déjà réussi à venir à bout de plus d'un chat récalcitrant ? Immédiatement, le muguet se mit à fleurir un peu partout : qui à la boutonnière, qui dans les cheveux, en collier, en boucles d'oreilles, en piercing, derrière le pare-brise des voitures. D'aucuns allaient jusqu'à l'arborer à l'école, au guichet des services publics, sur les plateaux de télévision. Le « lily challenge » envahissait Twitter et Facebook, chacun agrémentait sa photo de profil d'un petit brin. C'en était trop !

Le gouvernement décida de sévir. Passe encore que l'on préfère le rouge au brun et la paresse à l'effort, la liberté d'opinion était un bien sacré, mais il n'était pas question de tolérer le prosélytisme ! Le port ostentatoire du muguet était désormais passible d'une de ces fameuses sanctions adminsitratives communales, faute de place dans les cours d'assises.

Cependant, en ce premier mai, n'importe quel journaliste un peu curieux ne pouvait manquer de croiser l'un ou l'autre dissident, comme on le découvrit le soir, à la télé, les visages des contrevenants étant bien sûr floutés et leurs noms anonymisés, la caméra zoomant sur le petit brin impertinent.

« Voyons, Madame... je vois que vous portez du muguet ? Quel en est le sens ?

- Eh bien, je trouve que c'est joli, avec du blanc, du vert, du rouge... comme le drapeau italien, vous voyez.

- Ah moi, c'est parce que ça sent bon.

- Pourquoi je le porte ? Blanc et vert, c'est trop cool avec la couleur de mes chaussettes.

- Eh bien moi, c'est juste une façon de rappeler qu'on est le premier mai, souvenir déjà lointain des luttes des...

Mais cette personne n'eut pas le temps de terminer sa phrase, car c'était justement l'heure de la pause publicitaire. Quel dommage : les générations futures ne pourront pas découvrir, même en podcast, de quoi le premier mai fut le nom.

 
Plus d'articles...